Méditer pour vaincre la peur de créer

L’écriture, comme toute activité de création artistique, nous offre cette formidable possibilité de partir à la découverte de soi. Il est difficile de nier qu’un artiste crée à partir de ce qu’il est et le rend unique : ses émotions, ses croyances, son vécu.peur

Ainsi, tout écrivain qui se dédie à son art risque d’être ébranlé par ce qui surgira de son geste : les squelettes dans le placard, les monstres sous le lit et les fantômes qui hantent les murs de son esprit.

Si vous êtes un artiste, il y a fort à parier que vous avez déjà vécu ce phénomène : vous vivez un moment de magie où c’est votre main qui semble écrire-dessiner-peindre toute seule, puis, vous sortez de votre transe, vous contemplez votre création, et vous prenez conscience qu’à travers elle, vous avez raconté quelque chose de très personnel. Il s’agit peut-être d’une souffrance : une rage qui vous habite, une honte qui vous suit comme votre ombre ou une phrase blessante qui continue de résonner en vous après des années…

Quand j’ai le syndrome de la page blanche, c’est souvent que j’ai peur de découvrir ma noirceur. Je n’ai pas seulement peur des émotions qui sont difficiles à vivre, mais j’ai aussi peur de ce que je vais découvrir sur moi. Peur de me rendre compte, à travers mes personnages, que je ne suis pas une si bonne personne, finalement.

J’ai déjà voulu écrire l’histoire d’un pédophile pour raconter ce qui se passait dans sa tête. J’entendais des phrases résonner en boucle, mais je ne pouvais pas me résoudre à les mettre sur papier. Je me disais : Qu’est-ce que ça dira de moi, si je réussis à prendre le point de vue du gros méchant?

Si ma meilleure amie me racontait un blocage pareil, je lui répondrais ceci :

Respire. Pas de panique. Tout va bien. Respire. Et surtout, médite!2665726862_728fb94fa0_b

La méditation est ma solution privilégiée pour vaincre ma peur de créer. Méditer m’a grandement aidée à gérer mon anxiété et à accepter mes émotions. Parce que pour moi, cesser d’avoir peur de mes émotions est un passage obligé pour créer. Dans ce processus, j’apprends à dompter ma peur de l’inconnu, ma peur du jugement, j’ose être confrontée à ce qui jaillira de ma plume et je cesse de me juger.

J’ai donc médité sur mon propre blocage. Et voici ce que j’ai compris :

Si j’écris l’histoire d’un méchant, peut-être que ça ne révélera rien du tout sur qui je suis. Ou peut-être que ça mettra simplement en lumière mon dégoût et mon incompréhension du méchant. Ou bien ça me fera découvrir que je suis capable de ressentir de la compassion pour n’importe quel être humain, peu importe ce qu’il a fait. Et ça, c’est une grande qualité qui ne m’enlève rien, bien au contraire!

Avant de méditer, je me demandais :

Qu’est-ce que je découvrirai de laid chez moi, si j’écris?

Depuis que j’ai médité, je me demande :

Mais qu’est-ce que je manquerai de beau chez moi, si je n’écris pas?

À tous ceux qui sont bloqués dans leur élan créatif, j’aimerais suggérer de méditer. Il existe une multitude de livres sur le sujet. Et si c’est difficile pour vous de méditer par vous-même, pourquoi ne pas essayer une méditation guidée? Sur CD, dans un cours de groupe ou sur Youtube, la méditation pourrait vous aider.

La méditation nous aide à rester ancrés dans le moment présent, ce qui nous libère de la peur du lendemain. Elle nous permet d’être à l’écoute de soi, et nous aide à prendre conscience de l’impermanence de nos états. Méditer nous aide à surmonter nos blocages d’artistes et à trouver la joie dans l’expression de notre vérité. Méditer nous connecte à ce qu’il y a de magnifique en nous. Allez, essayez pour voir…

 

Mariko Beaupré