Revenir chez soi

EinsteinVous aimez peindre, chanter, écrire? Vous avez envie de créer des vêtements originaux, un jardin de fleurs, une nouvelle entreprise? Les domaines de la créativité sont infinis et si un artiste en mal de créer sommeille en vous, de grâce, écoutez-le!

Pour ma part, j’adore écrire des nouvelles et, ma foi, j’étais bien partie. Mais voilà qu’à l’automne dernier, une période creuse m’a chopée par surprise, me causant un peu d’urticaire. Des heures interminables à tourner en rond, incapable d’achever une histoire. Un fouillis de morceaux éparpillés, des idées sans lien. Impossible d’aboutir. Pourtant, Dieu sait si j’avais travaillé fort depuis plusieurs mois afin d’apprendre à bien écrire. Eh bien ! Peut-être trop, justement.

J’étais en quête de méthodes, de trucs, d’instructions, de façons d’opérer… à la recherche de livres ou de cours pour m’indiquer la marche à suivre, de bons auteurs à décortiquer, d’enseignants pour m’aider. Tout ça pour « bien » écrire! Sans m’en rendre compte, la mécanique avait pris le dessus.

C’est la tête remplie de multiples formules (de quoi rendre Einstein jaloux!) que je me suis présentée à un atelier de création littéraire avec l’espoir de dénouer mon blocage. Les premières paroles de notre animatrice, Danielle Normandin, ont résonné en moi comme un marteau piqueur : « Mon travail est d’aller chercher votre voix, votre univers, à vous, pas celui d’un autre. Je suis là pour vous aider à développer votre main afin d’entendre votre propre voix. »

Au retour, j’ai pensé à des auteurs aux voix si différentes. À Patrick Sénécal, par exemple. Avec lui, on ne fait pas dans la dentelle, rien à voir avec Anne Hébert. Tout comme Dieudonné et Fred Pellerin n’ont pas tout à fait la même voix et pourtant, ils ont chacun leur public.

Lentement, j’ai entrepris une véritable cure de désintoxication de toutes les méthodes, les bonnes manières en écriture, les formules toutes faites. Je me suis lâchée lousse et mon artiste anesthésiée a repris vie. Je m’étais peut-être égarée dans un dédale de démarches, mais je rentrais au bercail, libérée du fardeau de trop vouloir bien faire. Je suis revenue dans mes affaires à moi, pas celles des autres. Soulagement total !

Liberté, oh! Liberté, tu m’enivres!

Bon, je n’écris pas comme Anne Hébert, et alors ? Doit-on absolument avoir la voix de Céline Dion pour chanter ? Ou raconter comme André Sauvé pour égayer nos amis avec des histoires ? Ou peindre comme Picasso avant d’exposer nos toiles ? Au dévoilement du produit final, il y aura des « j’aime » et des « je n’aime pas », et alors? Même Anne Hébert, Céline Dion, André Sauvé et Picasso ne font pas l’unanimité. Voyez-vous ça !

Allez, suivez votre voix. Vous risquez fort de vous transformer en créatif heureux. Et vous savez quoi? Le bonheur, la joie, c’est contagieux. Faites-nous en profiter!

Danielle Hudon

19 février 2016

 

Si vous avez envie de réveiller votre artiste, voici un lien pour démarrer, un exercice pour évacuer le méchant stress qui bloque l’énergie.

Zone de calme, École Jet d’Ancre, Journal créatif, Anne-Marie-Jobin

Publicités