La saison de l’éveil

images-1

Devant le spectacle de la première neige, la plupart des enfants applaudissent d’excitation en sautant de joie car ils s’imaginent déjà les jeux qu’ils y feront. Cependant, de nombreux adultes lâchent un juron à la vue des premiers flocons.

Vous trouvez la neige laide, inutile et encombrante? L’histoire d’Anne-Marie réussira peut-être à vous faire changer d’avis.

Pour lire la magnifique histoire écrite par Anne-Marie sur la première neige, cliquez sur le lien suivant: La saison de l’éveil.

Publicités

Les bienfaits de l’art

book-730479_640

Je suis arrivée à cette période de ma vie où la moitié de mes amies ont des enfants et je me demande sérieusement si j’en aurai. Je me surprends parfois à rêvasser, à m’imaginer avec un bébé naissant gazouillant dans les bras, ou bien avec un bambin sur les genoux qui me pose beaucoup de questions sur le monde qui l’entoure. Je m’interroge sur les valeurs essentielles à lui transmettre si cela se produit.

Évidemment, je n’y connais rien à la meilleure façon d’élever un enfant. Mais en me basant sur mon expérience personnelle, je dirais que la pratique d’une activité artistique est un ingrédient essentiel à l’épanouissement d’un être humain. Il s’agit donc d’un élément que j’aimerais enseigner à mon enfant. L’art est loin d’être inutile. Voici sept bonnes raisons de transmettre l’art en héritage.

 

La beauté

Comme la contemplation d’un coucher de soleil, lire un texte littéraire a la faculté de nous emplir de joie et de légèreté. Une belle œuvre nous rend heureux d’être en vie et nous fait se sentir privilégiés d’en être témoin.

 

Le défoulement

Pratiquer un art nous libère et fait du bien. Exprimer pleinement sa créativité est une pulsion saine. La page vierge est un espace infini qui accueille sans juger, une option merveilleuse pour se débarrasser d’une lourdeur, d’une rage ou d’une tristesse.

 

La connaissance de soi

Écrire nous permet d’explorer notre intériorité. En laissant notre crayon courir sur le papier, même s’il s’agit de personnages marginaux et d’histoires inventées, nous obtenons des indices sur notre personnalité, nos préoccupations et nos valeurs. Selon l’écrivaine Natalie Goldberg, on écrit presque toujours sur nos obsessions. En effet, beaucoup d’écrivains traitent constamment des mêmes thèmes.

 

Les émotions des lecteurs

Dans la littérature, on traite toujours de thèmes universels qui à coup sûr vont émouvoir certaines personnes. Il m’est arrivée souvent de lire un texte et de me sentir très près de son auteur, même sans l’avoir vu en personne. L’art nous unit, et certaines connexions sont très fortes. En lisant un livre dont j’aurais pu être l’auteure tellement il me touche, je me sens comprise dans ce que j’ai vécu. Et ça, ça n’a pas de prix. Combien de fois m’est-il arrivée de me sentir seule, incomprise? La lecture met fin à ma solitude.

 

Une connexion à plus grand que soi

Il y a quelque chose de spirituel dans l’acte d’écrire, une sorte de connexion à quelque chose de plus grand que soi. Après un certain temps, les idées semblent venir d’une source extérieure à nous, sans que nous ne comprenions vraiment le processus créatif. Écrire, cette activité méditative, nous fait porter attention aux détails et nous rend réceptifs aux images se manifestant en nous. Nous sommes sans cesse éblouis face à ce qu’il nous est possible de créer et nous sommes bien embêtés lorsqu’on nous demande où nous prenons notre inspiration.

 

La croissance

Comme le dit si bien Pierre Bertrand dans son livre Pourquoi créer, la création nous permet de défaire nos blocages, car une œuvre est toujours intimement liée à la vie de son auteur. Selon Pierre Bertrand, lorsqu’un artiste rencontre un blocage dans la création de son œuvre, le phénomène de la page blanche par exemple, c’est qu’il vit aussi un blocage dans sa vie personnelle. En d’autres mots, pour régler une situation problématique dans sa vie, l’écrivain doit d’abord régler son problème de création. L’inverse est aussi vrai.

 

L’accomplissement

Donner naissance à une œuvre permet de s’accomplir et de laisser une trace pour qu’on ne nous oublie jamais. Développer un talent nous rend fiers. J’irais même jusqu’à dire que l’acte créateur fait de nous de meilleurs êtres humains, car l’épanouissement vécu nous rend plus équilibrés.

Mariko Beaupré