Le poids de la honte, un texte de Mariko

Cette semaine, Mariko nous offre un texte qui tombe à point avec la vague de dénonciations d’agressions et harcèlements sexuels des derniers jours.

Ce beau texte nous raconte l’histoire d’une victime qui fait tout ce qu’elle peut pour se relever. Une survivante courageuse qui vous inspirera. Impossible de rester insensible à ce partage. À lire absolument.

Pour lire la nouvelle de Mariko, cliquez sur ce lien: Le poids de la honte.

Publicités

Mariko interviewe Annie

Dans le cadre de notre série d’entrevues des Filles du café littéraire, c’est aujourd’hui le tour de Mariko de nous présenter l’une des nôtres. Elle nous décrit avec affection notre chère Annie.

Pour lire l’entrevue faite et rédigée par Mariko, cliquez sur ce lien: Annie. Ceux qui connaissent déjà Annie reconnaîtront bien cette femme sensible et lumineuse.

Bonne lecture!

Ville de droitiers, un texte de Mariko

Vous est-il déjà arrivé d’être témoin de la détresse d’un inconnu? Si vous êtes pressé et que vous croisez un étranger qui a besoin d’aide, qui est victime d’une agression ou d’une autre injustice, aurez-vous le réflexe de lui porter secours?

Mariko nous raconte une histoire qui illustre comment l’attitude d’une seule personne peut tout changer. Cette lecture ne laissera personne indifférent.

monkey-dont-see

Pour lire la nouvelle de Mariko intitulée Ville de droitiers, cliquez sur ce lien: Ville de droitiers.

Et si le coeur vous en dit, n’hésitez pas à nous laisser un petit commentaire en bas de page! Nous aimons vous lire.

Les bienfaits de l’art

book-730479_640

Je suis arrivée à cette période de ma vie où la moitié de mes amies ont des enfants et je me demande sérieusement si j’en aurai. Je me surprends parfois à rêvasser, à m’imaginer avec un bébé naissant gazouillant dans les bras, ou bien avec un bambin sur les genoux qui me pose beaucoup de questions sur le monde qui l’entoure. Je m’interroge sur les valeurs essentielles à lui transmettre si cela se produit.

Évidemment, je n’y connais rien à la meilleure façon d’élever un enfant. Mais en me basant sur mon expérience personnelle, je dirais que la pratique d’une activité artistique est un ingrédient essentiel à l’épanouissement d’un être humain. Il s’agit donc d’un élément que j’aimerais enseigner à mon enfant. L’art est loin d’être inutile. Voici sept bonnes raisons de transmettre l’art en héritage.

 

La beauté

Comme la contemplation d’un coucher de soleil, lire un texte littéraire a la faculté de nous emplir de joie et de légèreté. Une belle œuvre nous rend heureux d’être en vie et nous fait se sentir privilégiés d’en être témoin.

 

Le défoulement

Pratiquer un art nous libère et fait du bien. Exprimer pleinement sa créativité est une pulsion saine. La page vierge est un espace infini qui accueille sans juger, une option merveilleuse pour se débarrasser d’une lourdeur, d’une rage ou d’une tristesse.

 

La connaissance de soi

Écrire nous permet d’explorer notre intériorité. En laissant notre crayon courir sur le papier, même s’il s’agit de personnages marginaux et d’histoires inventées, nous obtenons des indices sur notre personnalité, nos préoccupations et nos valeurs. Selon l’écrivaine Natalie Goldberg, on écrit presque toujours sur nos obsessions. En effet, beaucoup d’écrivains traitent constamment des mêmes thèmes.

 

Les émotions des lecteurs

Dans la littérature, on traite toujours de thèmes universels qui à coup sûr vont émouvoir certaines personnes. Il m’est arrivée souvent de lire un texte et de me sentir très près de son auteur, même sans l’avoir vu en personne. L’art nous unit, et certaines connexions sont très fortes. En lisant un livre dont j’aurais pu être l’auteure tellement il me touche, je me sens comprise dans ce que j’ai vécu. Et ça, ça n’a pas de prix. Combien de fois m’est-il arrivée de me sentir seule, incomprise? La lecture met fin à ma solitude.

 

Une connexion à plus grand que soi

Il y a quelque chose de spirituel dans l’acte d’écrire, une sorte de connexion à quelque chose de plus grand que soi. Après un certain temps, les idées semblent venir d’une source extérieure à nous, sans que nous ne comprenions vraiment le processus créatif. Écrire, cette activité méditative, nous fait porter attention aux détails et nous rend réceptifs aux images se manifestant en nous. Nous sommes sans cesse éblouis face à ce qu’il nous est possible de créer et nous sommes bien embêtés lorsqu’on nous demande où nous prenons notre inspiration.

 

La croissance

Comme le dit si bien Pierre Bertrand dans son livre Pourquoi créer, la création nous permet de défaire nos blocages, car une œuvre est toujours intimement liée à la vie de son auteur. Selon Pierre Bertrand, lorsqu’un artiste rencontre un blocage dans la création de son œuvre, le phénomène de la page blanche par exemple, c’est qu’il vit aussi un blocage dans sa vie personnelle. En d’autres mots, pour régler une situation problématique dans sa vie, l’écrivain doit d’abord régler son problème de création. L’inverse est aussi vrai.

 

L’accomplissement

Donner naissance à une œuvre permet de s’accomplir et de laisser une trace pour qu’on ne nous oublie jamais. Développer un talent nous rend fiers. J’irais même jusqu’à dire que l’acte créateur fait de nous de meilleurs êtres humains, car l’épanouissement vécu nous rend plus équilibrés.

Mariko Beaupré

Parler aux inconnus

Mariko vous propose la lecture de petites scènes de métro qui s’agencent autour du thème de la méfiance et des préjugés qu’on a parfois envers les étrangers.

Et vous, parlez-vous aux inconnus? Faites-vous confiance facilement? Croyez-vous que l’être humain est généralement bon? Voici quelques faits vécus qui vous aideront peut-être à orienter votre réflexion.

Bonne lecture! Et n’hésitez pas à nous laisser un commentaire, si le cœur vous en dit!

Pour lire le texte de Mariko, cliquez sur ce lien: Scènes de métro, partie 3.

Accepter de ne pas plaire à tout le monde

Il est impossible de plaire à tout le monde; cela est aussi vrai lorsqu’on pratique un art. Il est parfois difficile d’accepter que certaines personnes n’aiment pas ce qu’on crée. Je vous partage quelques pensées qui m’aident à mieux encaisser les critiques.

guitarist-407212_640

« Écrire, c’est accepter de déplaire.»

Karine Tuil

Pour la littérature comme pour la musique, les goûts ne se discutent pas. Le musicien qui compose ses propres chansons touchera différentes personnes selon son style et les sujets qu’il aborde. L’important, c’est de se détacher de son œuvre en se disant que les gens peuvent nous aimer sans aimer notre création.

 

« Écris à propos de ce qui te trouble, surtout si ça ne trouble personne d’autre. »

Kathryn Sockett

Il arrive que certaines idées abordées dans un livre dérangent. Je me souviendrai toujours de ce que mon professeur de littérature m’a répondu, lorsque je lui ai exprimé mon indignation devant la fin du roman Des souris et des hommes : « Peut-être que c’est exactement cette réaction que l’auteur cherchait à provoquer : choquer les lecteurs afin d’éveiller les consciences… ». Une œuvre d’art ne doit pas nécessairement dénoncer des enjeux sociaux, mais si c’est le cas de vos écrits, ne soyez pas surpris d’attirer des réactions explosives!

 « Un auteur n’a point écrit en vain si son livre a pu inspirer une seule et bonne action.»

Cécile Fée

Bien qu’un livre ne puisse pas être aimé de tous, cela ne signifie pas qu’il faille abandonner le projet. En effet, votre livre changera peut-être la vie d’une personne. Mais vous ne le saurez pas avant d’avoir achevé son écriture, et peut-être ne le saurez-vous jamais.

« Ne t’inquiète pas si tu écris la vérité. Ça ne blessera pas les gens; ça va les aider. »

Katagari Roshi

Il m’est déjà arrivé, après avoir écrit une histoire fictive, de remarquer m’être inspirée sans le vouloir d’une personne que j’ai connue. Certains de ses traits de caractère marquants s’étaient retrouvés chez mon personnage. J’avais été tentée de tout effacer pour ne blesser personne. Mais j’ai retenu mon geste, car s’identifier à un personnage peut toucher et aider les lecteurs.pen-631321_1280

 « L’imagination porte bien plus loin que la vue. »

Baltasar Gracian y Morales

Si l’écrivain peut s’inspirer d’une connaissance pour inventer un personnage, le contraire est aussi vrai. Ainsi, la mère du narrateur d’une histoire ne sera pas nécessairement une reproduction de la mère de l’auteur. Selon moi, l’outil le plus précieux de l’écrivain est son imagination. Celle-ci déforme la réalité, l’exagère, l’embellit ou l’enlaidit. En d’autres mots, il ne faut pas s’en faire si certains vous reprochent de les avoir mis en scène: il s’agit probablement d’un simple hasard.

« Chaque œuvre d’art a autant raison d’être que la Terre et le soleil. »

Ralph Waldo Emerson

Chaque œuvre d’art a sa raison d’être, même si elle déplaît à certains. Nous sommes tous uniques et c’est justement notre unicité qui se transpose dans notre art qui en fait la beauté. Ainsi, si votre manuscrit vous ressemble et que vous l’avez fait avec cœur, il vaut la peine d’exister.

 

 « J’admire quiconque a le courage d’écrire quelque chose. »

E. B. White

Peu importe ce que vous écrivez, prenez le temps de vous féliciter pour vos efforts. Écrire demande de la discipline, du temps, du courage… Même si tous les manuscrits achevés ne deviennent pas des meilleurs vendeurs, chacun d’eux est un accomplissement immense valant la peine d’être célébré.

« Écris pour plaire à une seule personne. »

Kurt Vonnegut

L’important, c’est que l’œuvre créée plaise à son auteur. Et n’oublions pas qu’un livre aura bien plus de chances de toucher les gens si on l’écrit d’abord pour soi.

Mariko Beaupré

 

Des citations qui donnent envie d’écrire

La lecture est pour moi une véritable chasse au trésor : je garde toujours l’œil ouvert à la recherche des perles qui se cachent dans mes bouquins. Je collectionne mes trouvailles en les transcrivant soigneusement dans un petit carnet. Je vous partage ici mes phrases préférées portant sur l’écriture. Espérons qu’elles susciteront en vous l’envie d’écrire !

8314929977_28fd740070_z

« On écrit le livre qu’on aimerait bien lire, mais qu’on ne trouve pas. »

Dany Laferrière

Selon mon expérience, cette phrase est profondément vraie. Souvent, sans même le savoir, on écrit dans le but de trouver des réponses à nos questionnements. Celles-ci n’existent qu’à l’intérieur de nous, d’où l’importance de rester centré sur soi en écrivant. Ainsi, le livre dont on a besoin n’existe pas, puisque personne d’autre que soi ne peut l’écrire.

 

« Un artiste ne peut pas échouer ; c’est un succès d’en être un. »

Charles Horton Cooley

Voilà une phrase qui m’apaise, surtout lorsque je suis en proie à une crise du genre « Je n’y arriverai jamais, je ne suis pas assez bonne ! ». Un artiste est quelqu’un qui ose exprimer son unicité. Pas facile ! Mais lorsqu’on y arrive, quel succès !

 

« L’imagination est plus importante que le savoir. »

Albert Einstein

L’imagination nous fait rêver, nous fait sourire. Elle rend notre vie bien plus intéressante : plus vivable, plus légère… magique, presque ! La lecture et l’écriture me transportent dans un monde où mes soucis s’envolent. Le savoir ne peut pas en faire autant !

 

« Une journée est parfaite lorsqu’on se met subitement à danser avec la chaise sur laquelle on était assis pour écrire. »

Dany Laferrière

Ah, la joie ! Que dis-je, la joie ? Plutôt l’extase ! Quel sentiment superbe lorsqu’une œuvre émerge directement de notre tête, n’est-ce pas ? Créer une histoire cohérente, intéressante, touchante… moi aussi, ça me donne envie de danser, par moments !

writing-828911_1920

« L’art est une blessure qui devient lumière. »

Georges Braque

Faire de sa souffrance une œuvre d’art est un moyen d’y donner un sens. Écrire sa douleur permet non seulement de nous en libérer, au moins en partie ; cela nous permet aussi de toucher d’autres gens qui comprendront, de les soulager un peu, et de faire en sorte qu’ils se sentent moins seuls. Combien de fois me suis-je sentie apaisée en lisant un livre qui décrivait exactement mes états d’âme du moment ? Pas de doute, avec l’écriture, tout devient plus léger. Et quelle consolation de transformer sa blessure en prose !

 

« C’est en lisant qu’on devient liseron. »

Raymond Queneau

Cette phrase me fait bien rire. Elle me rappelle trois choses : il n’est pas interdit d’inventer des mots, on peut enseigner la vérité en utilisant l’humour, et il est essentiel de lire beaucoup pour bien écrire !

 

« Ne vous inquiétez pas : personne n’en est jamais mort. Vous allez peut-être rire ou pleurer, mais vous n’en mourrez pas. »

Natalie Goldberg

Il arrive que l’écriture provoque une émotion difficile à vivre. Certaines scènes nous effraient : on aura envie de les éviter ou de repousser leur écriture à plus tard. Mais fuir nos émotions ou écrire sans être centré sur soi peut nous empêcher de toucher le lecteur autant qu’on le voudrait et nous priver de toute la fierté qu’on pourrait en tirer. Alors je vous rassure : s’il vous arrive de pleurer lorsque votre personnage vit un drame, sachez que vous n’êtes pas la première personne à qui ça arrive ! Et non, on n’en meurt pas.

 

« Ne croyez jamais qu’une poignée de gens ne peuvent pas changer le monde. Parce qu’en fait, il n’y a qu’une poignée de gens qui ont déjà réussi. »

Margaret Mead

Comme ces mots me rassurent ! Loin de moi l’idée de prétendre que les livres que je publierai changeront le monde. Cependant, je crois qu’on peut changer profondément la vie de quelqu’un grâce à une œuvre d’art qui le touche. Donc, oui, un livre peut changer le monde, une personne à la fois. N’oublions pas le vieil adage : les mots sont plus puissants qu’une épée pour celui qui sait s’en servir.

 

« La seule chose qui me rend plus folle que l’écriture, c’est son absence. »

Sara Gruen

Quelle folie de tenter de nier ma véritable nature d’écrivaine ! Quand je n’écris pas, je me sens coupable de ne pas m’accorder ce plaisir. Pire, je me sens comme un zombie. (D’ailleurs, j’en parle dans mon billet Ma vie quand je n’écris pas.) Alors si vous êtes comme moi, de grâce, cessez de me lire et allez écrire !

Mariko Beaupré